L'expert des relations

sociales et syndicales

Le mouvement ATTAC en bref

En neuf points-clé, les chiffres et les informations sur le mouvement ATTAC (Association pour la Taxation des Transactions financières pour l'Aide aux Citoyens).

1. CREATION

- Le 3 juin 1998, autour d’un collectif de publications : Le Monde diplomatique, Charlie Hebdo, Politis, Témoignage chrétien, Transversales Sciences/Culture et un réseau de syndicats et d’associations (origine : parution, en décembre 1997, dans le Monde diplomatique de l’éditorial d’Ignacio Ramonet « Désarmer les marchés »).

2. STRUCTURES

- Siège : 6 rue Pinel 75013 Paris - Tél : 01.53 60 92 40. 
- Organisation (en France) : environ 200 groupes locaux (par départements), groupes professionnels (sur un lieu de travail), groupes thématiques, coordination d’élus, formation (« éducation populaire tournée vers l’action »), groupes de rédaction internationaux. 
- Le Conseil d’Administration de 42 membres compte 2 collèges :
le collège des fondateurs : 18 membres (dont le Président), désignés parmi les 58 fondateurs, 
le collège des adhérents : 12 administrateurs élus par les membres actifs 
- Un Comité scientifique de 110 personnes désignées par le CA participe à la réflexion de fond de l’organisation 
- Site Internet : www.attac.org

3. LE PRESIDENT ET LES PRINCIPAUX MEMBRES DU BUREAU

- En août 2006, le Président Jacques NIKONOFF (ex membre du Collège exécutif du PCF et du conseil national du PCF, membre de la fondation Canal Plus) et la Secrétaire générale Michèle DESSENNE (vice-présidente de la Confédération générale des SCOP, co-fondatrice des Pénélopes) ont été obligé de démissionner après avoir été convaincus de fraudes électorales lors de l’AG de juin 2006, à la suite d’une vive opposition menée par la Vice-présidente : Susan GEORGE (Observatoire de la mondialisation)et Gus MASSIAH (Cedetim) et Pierre Khalfa (SUD). 
- Deux co-présidents ont été élus à leur place : Jean-Marie HARRIBEY (économiste, professeur à l ’Université Montesquieu - Bordeaux 4) et Aurélie TROUVE (née en 1979, ingénieure agronome thèsarde sur les politiques agricoles européennes). Elue pour la première fois au conseil d’administration d’Attac France en juin 2006, elle est réélue en décembre 2006 après l’annulation du premier scrutin, arrivant même en tête de tous les candidats.

4. LES OBJECTIFS

- « Produire de l’information sur tous les aspects de la domination de la sphère financière et agir contre elle aux niveaux national, européen et international ». 
- « Se situer dans le moyen terme, au delà des mandats électifs, dans la recherche d’un changement des esprits, d’une autre façon de voir le monde en vue de le transformer, de mettre enfin l’économie et la finance au service d’un projet collectif de civilisation ». 
- « Développer nos pressions, passer à la riposte, informer, coordonner nos efforts ».

5. LES THEMES D’ACTION PRIVILEGIES

- « Imposer la taxe Tobin comme fil conducteur pour un débat international ». 
« Empêcher le hold-up des transnationales sur le vivant ». 
« Encadrer juridiquement les activités des sociétés transnationales » et « sanctionner la grande criminalité écologique et instaurer la responsabilité pénale personnelle des PDG ». 
- Les thèmes de campagne pour 2005 étaient : la « désobéissance civile » ; l’énergie ; la croissance et la décroissance ; le développement.

6. LE COMPORTEMENT DES MILITANTS

- Une organisation en réseau, selon « un modèle non hiérarchique et dans une logique de coordination et de mutualisation », et un essaimage international. 
- Groupes de « bénévoles électroniques », dont 600 traducteurs et des rédacteurs pour des périodiques électroniques.

7. EFFECTIFS ANNONCÉS

Environ 20 000 adhérents en France, personnes morales (syndicats, associations) ou personnes physiques, dont des députés français, des députés européens et des sénateurs, et 400 permanents. Le conflit de 2006 pour la direction de l’organisation a provoqué le départ de plus de 5000 adhérents.

8. LES PAYS OU ATTAC EST PRÉSENT

Dans 24 pays en Europe, 12 en Amérique latine, 9 en Afrique (francophone), 1 en Amérique du Nord (Québec), 1 en Asie (Japon).

9. COLLEGE DES FONDATEURS

AC ! (Agir ensemble contre le chômage) ; Agir ici ; AITEC (Association internationale de techniciens, experts et chercheurs) ; Alternatives économiques ; Les Amis de la Terre ; APEIS (Association pour l’emploi, l’information et la solidarité) ; Artisans du Monde ; Association Gunter-Holzm ann ; CADAC (Coordination des associations pour le droit à l’avortement et à la contraception) ; Cedetim (Centre d’études et d’initiatives de solidarités internationales) ; Charlie Hebdo ; CNAFAL (Confédération nationale des familles laïques) ; Confédération générale des scop ; confédération paysanne ; CRID (Centre de recherche et d’information sur le développement) ; Droits devant ! ; Droit au logement ;ESCOOP(Economies solidaires et coopératives) ; Fédération des banques CFDT ; Fédération des finances CGT ; FFMJC (Fédération française des maisons de jeunes et de la culture) ; FGTE-CFDT (Fédération générale des transports et de l’équipement CFDT) ; FSU (Fédération syndicale unitaire) ; Golias ; Le Monde diplomatique ; MNCP (Mouvement national des chômeurs et précaires) ; MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples) ;Les Pénélopes, Pétition ; Politique la revue ; Politis ; Raisons d’agir ; Réseaux services publics européens ; SNES (Syndicat national de l’enseignement secondaire) ; SNESup (Syndicat national de l’enseignement supérieur) ; SNPTAS Equipement CGT ; SNUI (Syndicat national unifié des impôts) ; SNUIPP (syndicat national unifié des instituteurs et professeurs des écoles) ; SUD-PTT ; Survie ; Syndicat de la magistrature ; Témoignage chrétien ; Transversales ; UFAL (Union des familles laïques) ; UGICT-CGT ;UNEF(Union nationale des étudiants) ; Union syndicale groupe des Dix.


Imprimer E-mail