L'expert des relations

sociales et syndicales

Quelle rentrée sociale 2022 ? 



Une journée d’actualité sociale

organisée par l’IST à Paris le mardi

25 octobre 2022

Le mot incertitude caractérise la rentrée 2022 : incertitudes politiques, incertitudes économiques, incertitudes sociales.

Les discours sont souvent ceux de l’inquiétude : risques environnementaux, risques de pénurie, craintes sur le pouvoir d’achat.

Pour autant, l’activité économique renoue avec la croissance et l’emploi est en nette amélioration. Pour l’instant tout au moins.

Que peut-on prévoir ? Vers où va l’économie ? Comment gérer les revendications salariales ? Comment le climat social peut-il lui-même évoluer ? Les syndicats sont-ils toujours capables de conduire la grogne sociale ?

Dans les entreprises, quels points de veille établir ? Quelles actions déployer ?

La journée du mardi 25 octobre 2022 permettra, avec votre concours actif, de faire le point et d’anticiper.

M. Pierre-André IMBERT, secrétaire général adjoint de l’Elysée, exposera les lignes-force des réformes gouvernementales à venir.

M. Frédéric SOUILLOT, secrétaire général de Force ouvrière, apportera son regard sur l’actualité et sur l’évolution des relations sociales.


Avec Messieurs Gilles Koléda, économiste, Université de Tours, et Bernard Vivier, Institut supérieur du travail


 intervenants

Des élections en cachent d’autres

Imprimer

Après les deux scrutins politiques (élection présidentielle, élections législatives), aurons-nous à gérer un « troisième tour social » ? Le climat social est incertain et fragile.

*

*         *

Plus profondes et non moins redoutables que les mouvements sporadiques de colère sociale, les évolutions du climat social sont marquées par l’indifférence voire le rejet des structures traditionnelles de la régulation sociale. Syndicats et managers en entreprise sont concernés.

A l’évidence, gérer le climat social en France et dans les entreprises ne va pas être dans les temps à venir, une agréable et fraiche promenade printanière.

Les dictons populaires de la météo sont à prendre avec prudence. « En avril, ne te découvre pas d’un fil » : soit. Mais attention à ne pas être trop confiant et considérer « qu’en mai, fais ce qu’il te plait ».

Le paysage politique vient de confirmer Emmanuel Macron à la présidence de la République ; il n’est pas stabilisé pour autant.

image002.png

L’extrême-gauche et l’extrême-droite sont en embuscade pour les élections législatives des 12 et 19 juin. La montée des abstentionnistes souligne l’indifférence, voire même le rejet de nombreux citoyens à l’encontre de la représentation politique actuelle.

Le programme social du président de la République était très construit en 2017 et les réformes soigneusement planifiées. En 2022, rien de tel et l’agenda social du nouvel exécutif reste à construire, alors que les partenaires sociaux ne gardent pas un souvenir ému (c’est beau, les euphémismes !) de la concertation avec le président de la République ces cinq dernières années.

- Un climat social incertain et fragile -

Ces observations sur le climat politique et social au niveau national ont des applications comparables sur l’évolution du climat social sur les lieux de travail.

L’année 2022 et, surtout, l’année 2023 sont deux années de très nombreuses élections CSE. Des phénomènes proches de ce que l’on observe sur la scène nationale grandissant en importance :

- des revendications fortement centrées sur le pouvoir d’achat dans un contexte de reprise brutale de l’inflation ;

- une montée de l’abstention aux élections CSE, tout particulièrement chez les jeunes générations de salariés ;

 - une indifférence grandissante à l’égard des syndicats et des formes traditionnelles de la représentation collective ;

- des mouvements collectifs, des débrayages dans certaines entreprises qui reprennent les revendications et empruntent les modes d’action des Gilets jaunes ;

- une difficulté des managers -et tout particulièrement des managers de proximité- à conjuguer au quotidien la gestion sociale de leurs équipes et la gestion des contraintes de production, dans un espace-temps toujours plus exigeant.

Entre le risque de l’indifférence et celui de la colère, le corps social peut être traversé dans les temps à venir par des expressions difficiles à maîtriser et même à anticiper.

- Structurer la régulation sociale -

Cela conduit à structurer davantage encore la régulation sociale :

- par l’installation ou l’accentuation des valeurs sociales que sont l’écoute, la considération, la gestion du temps court pour résoudre les petits problèmes ainsi que la gestion du temps long pour ancrer une politique sociale durable ;

- par la formation des managers de proximité à la conduite des relations sociales au quotidien ;

- par le soin apporté à la participation du plus grand nombre de salariés aux élections CSE à venir, lesquelles mesurent la légitimité des instances représentatives du personnel ;

- le déploiement des efforts pour que les candidatures aux fonctions de représentant du personnel soient de la meilleure qualité possible (professionnelle, humaine).

Les élections professionnelles en entreprise en 2022-2023 ne débouchent pas sur les mêmes conséquences que les élections politiques. Elles sont pourtant marquées par les mêmes évolutions de la société et du monde du travail.

Elles sont, comme pour la vie politique, une invitation à travailler deux notions importantes d’une bonne régulation sociale : considération portée aux personnes, rapidité des réponses aux préoccupations quotidiennes des salariés et des équipes.

 

image004.jpgPages retrouvées

Alexis de Tocqueville et la révolution de 1848

Le 29 janvier 1848, Alexis de Tocqueville prononce un discours à la Chambre des députés. (Le Moniteur du 30 janvier 1848)

Député de la Manche depuis près de dix ans, issu de la noblesse normande et porteur des idées libérales, son adresse aux députés sonne comme un avertissement prémonitoire.

La révolution éclate le 28 février suivant ; Louis-Philippe abdique le 24 février ; la deuxième République est proclamée.

*

*         *

« ... On dit qu’il n’y a point de péril, parce qu’il n’y a pas d’émeute ; on dit que, comme il n’y a pas de désordre matériel à la surface de la société, les révolutions sont loin de nous.

« Messieurs, permettez-moi de vous dire que je crois que vous vous trompez. Sans doute, le désordre n’est pas dans les faits, mais il est entré bien profondément dans les esprits. Regardez ce qui se passe au sein de ces classes ouvrières, qui, aujourd’hui, je le reconnais, sont tranquilles. Il est vrai qu’elles ne sont pas tourmentées par les passions politiques proprement dites, au même degré où elles en ont été tourmentées jadis ; mais, ne voyez-vous pas que leurs passions, de politiques, sont devenues sociales ? Ne voyez-vous pas qu’il se répand peu à peu dans leur sein des opinions, des idées, qui ne vont point seulement à renverser telles lois, tel ministère, tel gouvernement même, mais la société, à l’ébranler sur les bases sur lesquelles elle repose aujourd’hui ? N’écoutez-vous pas ce qui se dit tous les jours dans leur sein ? N’entendez-vous pas ce qui qu’on y répète sans cesse que tout ce qui se trouve au-dessus d’elles est incapable et indigne de les gouverner ; que la division des biens faite jusqu’à présent dans le monde est injuste ; que la propriété repose sur des bases qui ne sont pas les bases équitables ? Et ne croyez-vous pas que, quand de telles opinions prennent racine, quand elles se répandent d’une manière presque générale, que, quand elles descendent profondément dans les masses qu’elles doivent amener tôt ou tard, je ne sais pas quand, je ne sais comment, mais qu’elles doivent amener tôt ou tard les révolutions les plus redoutables ? »

image005

 Souvenirs, par Alexis de Tocqueville, Gallimard, Folio Histoire, 2004

 

image006Pour anticiper et gérer les évolutions du climat social et des relations syndicales, participez à une formation à l'IST

Orientations et méthodes de l'action syndicale en entreprise

19-20 mai + 16-17 juin 2022

Depuis 1971, plus de 1600 personnes ont suivi cette formation à l'IST

 

Sur Europe 1 le 01 mai 2022
« Le quinquennat sera-t-il social ? »

2021 12 16 BFMTV

Sur France Info TV le 28 avril 2022
« 1er mai : que représentent les syndicats en France ? »

 202205 001a

 

Les Mardis de l'IST

Connaître, échanger, se préparer

  • Décrypter les évolutions du climat social en France et dans les entreprises
  • Partager les expériences d’entreprise
  • Echanger avec des invités de haut rang
  • Anticiper et préparer son entreprise aux nouvelles organisations du travail et des relations sociales

Vous êtes : DRH, responsable affaires sociales, juriste en droit du travail
Inscrivez-vous :
Les Mardis de l’IST : 5 rencontres par an en visio-conférence (via Teams), une documentation d’appui, une relation permanente avec les experts de l’IST.

- -  Renseignements, inscription - -