top of page
  • Bernard Vivier

Regards sur la parité

Le revenu salarial moyen des femmes est inférieur de 26 % à celui des hommes. C'est ce qu'indique une toute récente étude de l'Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) publiée sous le titre « Femmes et hommes, regards sur la parité » (INSEE Références, février 2008, 242 pages, 15 ?). A l'occasion de la journée de la femme, il peut être utile de rappeler que l'égalité des rémunérations (« à travail égal, salaire égal ») reste toujours un objectif à réaliser.


Pour l’ensemble des salariés du secteur privé et du secteur public, le revenu salarial moyen s’élevait en 2005 (dernière année connue) à un peu moins de 16 800,- € par an. Le revenu salarial des femmes était inférieur de 26 % à celui des hommes et même de 31 % pour le seul secteur privé.


Ce différentiel résulte, dans le privé, de la combinaison d’un salaire horaire des femmes inférieur de 19 % en moyenne à celui des hommes, d’un horaire hebdomadaire plus faible de 11 % du fait que les femmes travaillent plus souvent à temps partiel que les hommes, et d’un nombre de semaines rémunérées dans l’année plus réduit de 5 %.


Depuis le début des années 1980, le revenu salarial moyen des femmes croît cependant légèrement alors que le revenu salarial moyen stagne globalement. L’écart entre hommes et femmes se resserre donc un peu, même si cette dynamique est freinée par l’augmentation plus importante chez les femmes de la part des salariés ne travaillant pas à temps complet : temps partiel, intérim, intermittents, travail à domicile.



Dans les secteurs privé et semi-public, pour les salariés à temps complet mais surtout pour ceux à temps partiel, les salaires horaires nets moyens des femmes sont inférieurs à ceux des hommes quelle que soit leur catégorie socioprofessionnelle. Pour les seuls salariés à temps complet, la disparité salariale entre hommes et femmes s’élève à 23 % en 2005 et atteint même 29 % pour les cadres. Les différences de salaires observées sont également liées au fait que, y compris au sein d’une même catégorie socioprofessionnelle, les hommes et les femmes n’occupent pas les mêmes types d’emploi.


Dans la Fonction Publique, le constat est globalement le même. Dans les trois fonctions publiques, d’Etat, territoriale et hospitalière, les hommes perçoivent des salaires annuels supérieurs à ceux des femmes. L’écart moyen est de 16 % dans la fonction publique d’Etat, de 14 % dans la fonction publique territoriale et atteint 27 % dans la fonction publique hospitalière qui se distingue également par la forte présence des femmes et par les structures d’emploi féminins et masculins très différentes.


Au total, pour l’ensemble des salariés du privé et du public, les différences de caractéristiques (éducation, expérience, temps de travail et caractéristiques des emplois) expliquent environ 75 % des écarts de salaires mensuels entre les hommes et les femmes, et ce de manière stable depuis le début des années 1990. L’écart résiduel reste inexpliqué.






bottom of page